Catégories Blog, Maçonnerie / Toiture

Maintenance habitat : nettoyer sa toiture


Conseils d'entretien et de nettoyage pour la toiture. Maintenance de l'habitation.

Particulièrement exposée aux intempéries, la toiture est aussi une zone primordiale pour la protection de l’habitation. Son entretien régulier permet d’éviter les surcoûts de consommation énergétique comme les risques d’infiltration. En suivant, quelques traitements à réaliser soi-même, ou à confier à un professionnel, afin de maximiser la longévité de son toit.

Des gestes simples pour entretenir et inspecter sa toiture

Degré d’inclinaison, accessibilité, matériaux… chaque typologie de toit a son entretien spécifique.
Sur des toits en pente « traditionnels », il faut considérer leur matériau de couverture. Pour de la terre cuite, du bois, de l’ardoise, du béton ou de la pierre, les bons gestes d’entretien reviennent à enlever au moins une fois par an les feuilles mortes et la poussière puis de brosser à l’aide d’un nettoyant adapté au matériau. Sauf intervention d’un professionnel, il est déconseillé de recourir aux outils à haute-pression qui, certes nettoient mais, peuvent aussi endommager la couverture. Le nettoyage avec jet d’eau sous pression convient en revanche aux toits de chaume.
Assez répandus sur les architectures contemporaines, les toits-terrasses présentent l’avantage de la simplicité d’entretien : nettoyer régulièrement le revêtement devrait suffire à prémunir de tout désagrément.
Moins courantes, les couvertures végétales nécessitent un soin adapté à la nature de la végétation implantée. Intensive, il faudra s’en occuper avec autant d’application qu’un jardin alors qu’une couverture extensive ne demandera que très peu d’entretien.
Quel que soit le type de toiture, tout travail d’entretien sera aussi une bonne occasion pour inspecter l’état général et prévenir des éventuels signes de dégradation. Sur ce point, il ne suffit pas de penser extérieur : une visite dans les combles permettra de compléter tout diagnostic sur l’étanchéité. Pour la partie extérieure, souvent difficilement accessible, ne jamais hésiter à faire appel à un professionnel !

Des traitements pour réimperméabiliser

Enfouis sous une épaisse couche de mousses et de lichens, il faut parfois faire appel à son imagination pour déceler la couleur d’origine d’une toiture. Pas très esthétique, ce phénomène est aussi facteur de risques pour les infiltrations. À surveiller de près donc !

Lorsque des végétaux se sont déposés, le nettoyage se passe en deux étapes. Il faut :

  1. frotter la toiture à l’aide d’une brosse pour retirer les mousses et lichens,
  2. rincer à basse pression.

Une fois la toiture propre, plusieurs solutions de prévention sont envisageables :

  • l’application d’un produit fongicide, anti-mousse et algicide : une fois posé, il faudra 2 à 3 jours sans pluie pour qu’il soit pleinement efficace.
  • le traitement hydrofuge : qu’il forme un film après séchage ou imprègne les matériaux, il aura pour effet d’augmenter l’imperméabilité du toit. Selon le produit choisi, il pourra également agir contre les mousses et lichens. Son application ne peut se faire que sur une toiture déjà nettoyée et par temps sec. La durée de séchage dépendra du nombre de couches à appliquer.
  • la mise en peinture avec des produits étanches ou imperméabilisants : utilisée pour les toitures en tuiles, ce procédé permet de rendre au matériau (béton ou terre cuite) ses performances d’origine.

Des interventions à ne pas repousser

Malgré un entretien régulier, il arrive que la toiture subisse des dommages. Par exemple, les épisodes de fortes intempéries ont souvent des conséquences sur les tuiles ou ardoises qui, cassées ou déplacées, nécessitent une intervention rapide et mesurée. Là, difficile de se passer de l’avis et des compétences d’un professionnel qui saura donner le degré de dégradation de la toiture et vous orienter vers un simple remaniement ou une plus grande rénovation.
Le coût de l’opération variera en fonction de la nature des travaux, de la surface et du nombre de tuiles concernées. Il est conseillé aux locataires de vérifier à qui revient la charge des travaux avant d’engager toute démarche.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire